Stock
Ensoleillement
Type d'utilisation
Couleur dominante
Type de fleur
Période de floraison
Taille du pot
Feuillage décoratif
Résistance au froid
Plante comestible

Les Sauges

Contrairement à ce que pourrait faire penser leur apparence exotique, les sauges sont parmi les plantes les plus faciles à cultiver. Mais chez un genre regroupant un aussi grand nombre d'espèces, se conformer á une règle générale serait illusoire. Les sauges du sud du Mexique ne sont pas des plantes tropicales, mais des plantes de montagne. Peu d'espèces sont observables en dessous de 1500 m en dehors des zones côtières exposées à une forte influence humide.

En haute altitude, elles ne poussent jamais sur les versants nord et est, mais se rencontrent jusqu'à 3000 m sur les versants sud et ouest de toutes les formations volcaniques entourant le plateau central.

Sous nos climats, une exposition ensoleillée est de règle pour presque toutes les espèces, avec une modulation selon l'origine : l'optimale est de tendre vers 100 % d'exposition pour les espèces tropicales, subtropicales et désertiques à 50 % pour certaines espèces d'Extrême-Orient. Il faut aussi, dans la mesure du possible, éviter les endroits les plus exposés au vent.

Si les sauges exercent une attirance sur le genre humain, c'est que nous réagissons aux mêmes stimuli que l'ensemble du règne animal auquel - que nous le voulions ou non - nous appartenons. Cependant, ce n'est pas nous qui sommes visés par ces atours si généreusement dispensés. Pour assurer efficacement leur pérennité, les êtres vivants dits supérieurs ont besoin de mélanger leurs gènes régulièrement. C'est pour cela que la nature a inventé la sexualité. Relativement facile à réaliser pour le règne animal, doué de mouvement, l'exercice est beaucoup plus compliqué pour les végétaux, condamnés à l'immobilité. Ceci requiert dans la plupart des cas le concours d'un tiers - eau, vent, insecte, oiseau. Si pour les deux premiers l'intervention du hasard est généralement suffisante, la séduction est nécessaire pour les deux derniers, les plus attrayants étant, comme il se doit, servis les premiers. Les instruments de cette séduction sont, dans l'ordre d’intervention :

La sauge : Une couleur qui se voit de loin. On s'accorde aujourd'hui à dire que les rouges et certains bleu vif s'adressent aux oiseaux (en particulier aux oiseaux-mouches, pour les sauges du Nouveau Monde) et les autres couleurs aux insectes.

Plante salvia, qui est destinée à orienter efficacement le pollinisateur : la lèvre inférieure constitue une piste d'atterrissage idéale, souvent balisée d'une paire de lignes blanches. Ce caractère est souvent moins marqué chez les espèces rouges, que les oiseaux-mouches butinent en vol : la lèvre inférieure est en général moins développée et le balisage de lignes blanches est, dans ce cas, absent.

La nourriture de la sauge gout, sous forme de nectar sucré, au fond de la corolle en forme d'entonnoir. Toutefois, pour mélanger efficacement ses gènes, la séduction est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

Parmi les facteurs de séduction de la salvia fleur, le lecteur n'a pas été sans remarquer que nous avons passé l'odeur sous silence. À l'inverse de beaucoup de plantes qui utilisent le parfum exhalé par leurs fleurs pour attirer les insectes pollinisateurs (souvent en plagiant des phéromones), les fleurs des sauges sont inodores (ce qui est somme toute logique, car elles sont souvent pollinisées par les oiseaux, généralement dépourvus d'odorat).

Tout au contraire, les glandes odoriférantes qu'elles partagent avec beaucoup de membres de la famille des Lamiacées et qui dispensent des odeurs capiteuses, sont probablement un moyen de refroidissement par évaporation d'essences volatiles, à moins que ce ne soit un moyen de défense contre les prédateurs : leur efficacité est avérée dans la plupart des cas. Les sauges seraient grâce à elles, moins sujettes que d'autres aux infestations de pucerons, et épargnées par les chèvres et autres ruminants. Cette protection n'est toutefois pas universelle : certaines espèces de sauge sont sujettes aux attaques de divers insectes, acariens et autres pestes, en dépit de l'odeur puissante qu'elles dégagent. Toutes ou presque font le délice des gastéropodes, surtout quand les pousses de salvia sont jeunes. Enfin, l'homme, au lieu d'être repoussé, trouve dans ces parfums un facteur de séduction supplémentaire. Je confesse m'intéresser aux sauges autant pour satisfaire mon odorat que ma vue.

Certaines sauges, comme la sauge cassis ou la plante cassis, ont aussi un pouvoir gustatif intéressant pour l’usage culinaire.